Les micropieux : une technique efficace pour consolider les fondations sur un terrain hétérogène

Si vous souhaitez bâtir votre future construction sur un sol non adapté à des fondations classiques, il existe des solutions à mettre en œuvre comme l’utilisation des micropieux. Ce sont des poteaux forés préalablement munis d’une armature centrale métallique à emboiter dans le sol avec du béton. Cette technique consiste à enfoncer des micropieux de petits diamètres qui s’incrustent profondément dans le sol compact. Cette solution nécessite une étude géotechnique du sol au préalable afin de connaître avec précision la nature du terrain et de situer le niveau du bon sol. Ce diagnostic réalisé par un géotechnicien qualifié permet de définir le type de fondation à édifier. Ensuite, la mise en place des micropieux est une technique de haut niveau qui requiert l’intervention de professionnels spécialisés dans le gros œuvre.

Quand utiliser des micropieux ?

Les micropieux sont utilisés que ce soit pour un projet de construction ou pour étayer les fondations existantes ou pour remplacer la détérioration des systèmes de fondation. Cette technique est requise lorsque le sol est fragile, en d’autres termes, en cas de terrain argileux, sableux ou rocheux. Les micropieux constituent une excellente solution pour forer les couches de roche et de sol extrêmement durs, pour accéder à des espaces à faible hauteur libre, pour atteindre les zones d’accès limité ou instables comme des dolines, des rivières souterraines…

Les avantages des micropieux

Dans la mesure où les fondations pérennes doivent s’appuyer sur un sol résistant, les micropieux sont nécessaires afin de stabiliser les structures dans des zones à risques ou de consolider les fondations du bâtiment contre les risques de tassement. Ils supportent l’assise du bâtiment de deux manières : la pointe prend appui sur le sol dur et les frottements latéraux s’ancrent dans les parois. Il existe quatre types de micropieux :

  • Micropieux de type 1 : c’est un pieu foré, tubé et chargé avec du mortier. Il n’est plus employé en France ;
  • Micropieux de type 2 : c’est un pieu foré et muni d’armatures, utilisé de façon gravitaire pour être scellé au coulis du mortier par le biais d’un tube plongeur ;
  • Micropieux de type 3 : c’est un pieu foré, accompagné d’armatures et d’un système d’injection à la pointe de la machine. Il injecte ainsi le coulis de ciment à une pression supérieure ou égale à 1 MPa ;
  • Micropieux de type 4 : Ce pieu a les mêmes caractéristiques que celui de type 3 mais la différence se situe au niveau de la manière d’injecter le coulis de mortier. Avec la même pression, l’injection est effectuée par le biais d’un obturateur simple ou double.

Les étapes de mise en œuvre

La première étape consiste à mettre en place le tube de forage. La profondeur du forage dépend de la nature du sol et des charges appliquées sur le micropieu par la structure. Ensuite le forage peut commencer tout en injectant un liquide qui prend la place des terres évacuées (eau, ciment ou bentonite). Après l’installation des armatures sur toute la profondeur du forage, on injecte le coulis de ciment qui remplacera le fluide injecté auparavant. Comme le liquide a une masse volumique moins lourde que le coulis de mortier, il peut donc remonter.

Plus qu’un simple équipement, les micropieux permettent de se prémunir contre les risques de surpoids des bâtiments. Ils sont donc à utiliser avec maîtrise et savoir-faire. C’est pourquoi, il est primordial de faire appel à des experts dans le domaine.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 8 =