La serrurerie : un métier qui suscite un fort taux de défiance auprès des Français

Le métier de serrurier a très mauvaise réputation auprès des Français, et ceci pour de nombreuses raisons. Une étude récente a d’ailleurs mis en exergue les reproches qui sont faits aux artisans de cette profession que beaucoup souhaiteraient voir plus encadrée.

Une enquête de l’institut Ifop

Le métier de serrurier est considéré par la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) comme l’activité de BTP la plus exposée à l’escroquerie. De fait, elle enregistre régulièrement des plaintes de la part de clients mécontents du coût trop élevé de la prestation.

En vue de mesurer l’ampleur du phénomène, l’institut Ifop a réalisé pour Hop’ Serrurier Tours un sondage sur l’image que les Français ont des serruriers. Les conclusions de cette enquête sont sans appel : sur 1000 Français interrogés, 550 personnes (soit 55 %) ont exprimé leur méfiance vis-à-vis des serruriers. C’est un taux de défiance largement au-dessus de celui enregistré pour les garagistes (40 %), les chauffagistes (29 %), les électriciens (23 %), etc.

Pourquoi les Français ne font-ils pas confiance aux serruriers ?

Selon la DGCCRF, les plus grandes agglomérations de France telles que Paris, Marseille et Lyon sont celles qui ont enregistré le plus de plaintes contre les serruriers. L’enquête de l’Ifop semble confirmer ces données. Elle a par exemple révélé qu’en Île-de-France, 75 % des Français considèrent avoir déjà été arnaqué par un serrurier.

La principale défiance des Français vis-à-vis des serruriers est donc liée au coût de l’intervention, jugé parfois trop élevé. La plupart des personnes interrogées (55 %) se plaignent donc du montant trop élevé de la facture et du « manque de transparence des tarifs ».

serrurier clés métier maison

Par ailleurs, certaines des personnes interrogées se sont plaintes du fait que le serrurier leur a fourni une mauvaise prestation. La majorité de ces plaintes concernent :

  • une tarification supplémentaire non justifiée (40 %) ;
  • une longue attente avant l’arrivée du serrurier (38 %) ;
  • un changement de serrure non indispensable (34 %) ;
  • une porte ou une serrure complètement endommagée (23 %) ;
  • un changement de la porte suite aux dégâts causés par l’intervention du serrurier.

Toutefois, il faut noter que peu de Français savent réellement combien coûte une intervention en serrurerie.

Combien coûte en moyenne l’intervention d’un serrurier ?

Faire intervenir un serrurier en urgence sur sa porte d’entrée coûte en moyenne 335 €. Ce montant, déjà très élevé, peut atteindre des sommes astronomiques en fonction du moment de l’intervention (jour ou nuit) ou de la région (région à forte activité économique, maison en agglomération ou en périphérie, etc.).

L’Ifop rapporte par exemple le témoignage de Denis, un Marseillais, qui s’est vu exiger la coquette somme de 2 000 € pour faire le changement de la serrure de sa porte d’entrée.

La serrurerie : un métier à encadrer impérativement !

Selon les conclusions de l’étude de l’Ifop, 80 % des Français (soit 8 sur 10) souhaitent que le métier de serrurier soit mieux encadré par la DGCCRF. Selon eux, le gouvernement doit faire plus que de simples campagnes de sensibilisation sur le sujet.

La Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), quant à elle, propose aux entreprises artisanales de serrurerie-métallerie une boîte à outils, qui est en fait un livret de 28 pages, contenant quelques recommandations sur les bonnes conduites à avoir en tant que serrurier professionnel.

Elle recommande notamment aux serruriers de proposer à leurs clients un service de qualité ainsi qu’un prix reflétant cette qualité. Par ailleurs, les entreprises de serrurerie-métallerie doivent faire preuve de professionnalisme en se conformant aux réglementations en vigueur.