Les aides et financements disponibles pour financer les travaux d’extension du logement

Alternative au déménagement, l’extension de la maison est en effet la meilleure réponse au besoin d’un surplus d’espace intérieur. Pour réduire la facture lors de travaux d’extension de l’habitat, des aides sont mises à la disposition des propriétaires.

Les subventions et primes

L’ANAH ou Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat octroie des aides pour plusieurs situations. En matière d’extension, elle aide à favoriser la réalisation de travaux importants par les bailleurs privés qui s’engagent à respecter les plafonds de loyer. C’est tout naturellement vers elle que l’on se tourne en premier lorsqu’on veut obtenir des primes qui sont proportionnelles au montant des travaux, en partant sur une base fixe. Cependant, il faut savoir que pour être éligible à l’aide de l’ANAH, il faut remplir certaines conditions :

  • les ressources du foyer ne doivent pas excéder une certaine somme qui est révisée chaque année
  • le bâtiment à rénover a été construit il y a plus de 15 ans
  • les travaux réalisés portent sur le réaménagement de la partie bâtie existante et non sur la construction d’un espace de vie supplémentaire
  • le coût des travaux est supérieur à 1500 €

Pour obtenir cette aide, le dossier doit démontrer clairement que les travaux apporteront une amélioration énergétique de l’habitat.

Le crédit d’impôt

Lorsque les travaux d’agrandissement favorisent également l’amélioration énergétique du logement, le propriétaire peut très bien recourir au crédit d’impôt dédié à la transition énergétique CITE. Pour bénéficier du crédit d’impôt, le montant des travaux ne doit pas excéder 8 000 € pour une seule personne, 16 000 € pour un couple, avec une majoration qui s’élève à 400 € pour chacune des personnes à charge.

Les financements aux extensions

Pour financer les travaux d’agrandissement du logement, il est également possible de se tourner vers les banques. Détective-Banque est un site de référence pour comparer les banques et trouver une meilleure solution de financement pour les travaux d’extension. Certaines banques en ligne facilitent effectivement les démarches et les conditions liées à l’octroi de crédit pour la réalisation de ces travaux.

Le PTZ ou prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro est une opportunité d’obtenir un financement sans intérêt. Courant sur 10 ans, le montant minimum du PTZ est de 2 700 € et peut aller jusqu’à 65 100 €. Un plafond de revenus (révisé annuellement) est fixé pour pouvoir bénéficier du PTZ.

En sus de prêt à taux zéro, plusieurs prêts existent comme le prêt d’épargne logement, le prêt de l’amélioration de l’habitat, les prêts des collectivités territoriales.

Le PEL ou prêt épargne logement

Le propriétaire d’un logement ancien peut également faire une demande de prêt épargne logement, lorsqu’il souhaite procéder à des travaux d’amélioration ou d’agrandissement. La durée varie entre 2 et 15 ans, pour un montant maximum de 92 000 €. Pour pouvoir bénéficier de ce prêt à taux privilégié, le propriétaire doit avoir effectué une phase d’épargne de 4 ans minimum, sur un Compte Epargne Logement CEL ou un plan épargne logement PEL.